jeudi 16 mars 2017

Journal d'une mère indigne de Jessica Cymerman

160 pages
20 octobre 2016
First Editions


Vous allez adorer cette mère imparfaite un brin égoïste... mais tellement drôle !

"J'ai mis mon réveil à 5h30 ce matin parce que j'ai lu que le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt. Je me suis levée pour méditer mais je me sentais tellement seule dans mon salon (même le chien dormait) que j'ai finalement réveillé les enfants à 5h33. Je leur ai fait croire qu'il était 7h30, l'heure d'aller à l'école. Ils m'ont crue :-) "

"Ce soir, j'ai donné des pâtes à manger aux enfants. Ça fait 4 soirs d'affilée!"

Grâce à ce livre, vous verrez une nouvelle facette des mères d'aujourd'hui ! 



Le livre en lui-même n'a pas la taille habituelle. Il s'apparente plus à un carnet de notes épais et relié. Le maniement est plutôt sympa car la couverture est renforcée.

Pour la généralité, il ne faut pas prendre les aveux de la mère au premier degré. Il y a des choses tellement incroyables dans ses anecdotes que tout ne semble pas vrai. Etant moi-même maman de trois enfants, j'ai beau ne pas être parfaite, je trouve que certains passages sont "gros". Elle a bien l'étoffe d'une mère indigne, et j'avoue que par moments on ne peut que sourire ou même rire car elle s'embarque dans des histoires qui peuvent être totalement foldingues ou totalement immorales. Et pourtant...

Pourtant, notre maman souhaite changer. C'est un peu le but de l'histoire. Elle se lance dans un journal intime pour se voir évoluer vis-à-vis de ses enfants, même si la plupart du temps elle sent que c'est peine perdue. Elle les aime, même si elle n'arrive pas toujours à les privilégier par rapport à son propre bonheur, ses propres envies. Et petit à petit, elle se rendra compte qu'elle arrive à leur montrer son amour pour eux, mais à sa façon.

La conclusion de ce livre pourrait être : aimez-vous comme vous êtes, vos enfants le font déjà.

Un livre pour se détendre, passer un bon moment, mais à éviter peut-être de le lire d'une traite.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire