dimanche 22 décembre 2013

Cupcake Club, T1 : Baiser sucré de Donna Kauffman

432 pages
21 septembre 2012
Milady


Quand Leilani Trusdale, pâtissière émérite, se réfugie sur la petite île de Sugarberry, dans le sud des États-Unis, elle pense laisser derrière elle son passé new yorkais. C’est alors que son ancien chef et mentor, Baxter Dunne, débarque sans crier gare pour tourner une émission culinaire dans sa boutique de cupcakes.
Avec son regard de braise, il a le don de faire rougir l’adorable pâtissière… Ces deux-là ne partagent-ils pas davantage que leur goût immodéré pour le glaçage au chocolat ? 


Ce roman est une grosse déception. Je me suis fait une idée totalement fausse sur ce petit bouquin. La couverture est tellement alléchante… que l’on croirait s’immerger dans de la pure gourmandise, avec une réelle histoire, bien entendu. Et le résumé, malgré les codes propres à Milady (humour, sentiments, sexy), semblait proposer une histoire bien plus riche que ce que j’ai lu. Il est bien question de retrouvailles assez corsées, de querelles puis de folie amoureuse, mais sur un fond de pâtisserie de plus en plus estompé. Je pensais que les cupcakes, et surtout le « Cupcake Club » serait prédominant et que l’histoire d’amour était en parallèle. Mais ce que Donna Kauffman nous livre c’est : la première moitié du livre remplie de blabla barbant et inutile (on tourne en rond), un tout petit intérêt se profile avec l’émission qui se déroulera bel et bien dans la pâtisserie de notre héroïne, mais qui s’évanouira très vite avec encore du blabla entre Lani et Baxter (que j’ai détesté pendant les trois quarts de l’histoire). Et d’un coup, tout change et… c’est le drame. Hop hop ils se retrouvent dans le même lit et j’ai eu l’impression de ne plus être avec les mêmes personnages. Ils se montraient tellement différents de ce qu’ils semblaient être jusque là ! Comme si le sexe leur avait ouvert les yeux. Je n’ai pas du tout aimé cette approche. C’était vraiment particulier… J’ai trouvé la psychologie des personnages quasi nulle (et pourtant ils en développent des choses en s’énervant l’un et l’autre) mais tout ce blabla n’aboutit à rien.

Baxter, je l’ai trouvé d’un égoïsme en arrivant comme un cheveu sur la soupe dans la vie de son ex-collègue Lani ! Elle avait enfin réussi à se trouver une belle vie et lui vient la perturber avec son émission et ses caméras, sans lui en avoir parlé au préalable. Oui, il voulait lui mettre le grappin dessus, il s’était rendu compte qu’il n’était rien sans elle. Mais il lui a manqué de respect et il n’a pensé qu’à sa petite personne. Et c’est une chose que je ne supporte pas. S’il avait été en face de moi, il se serait pris quelque chose dans la figure. Ca commençait déjà très mal, cette lecture…

Lani est une femme que j’ai beaucoup appréciée, même si elle a beaucoup parlé et que c’était long et fatigant… Mais elle n’a pas réussi à sauver cette histoire de la médiocrité.

Aucune inventivité, du blabla à s’en arracher les cheveux (bon sang, quand va-t-il se passer quelque chose ???), une histoire bâclée (100/200 pages de plus en nous racontant l’émission avec humour, plus de situations spéciales entre les personnages auraient été bienvenues et auraient enrichi cette pauvre histoire), le Club qui est très peu cité et qui, clairement, ne sert strictement à rien ici, voilà beaucoup de points qui rendent la lecture décevante et bien loin de mes espérances (je voulais plus de cupcakes, plus de club, plus de cette émission télévisée, plus de folie mais pas de folie sexuelle, ça on s’en fout). J’ai tout de même espoir que les autres tomes soient légèrement plus évolués… Pourvu… Car je les lirai quand même, cet espoir en tête.

Ce livre fait l'objet d'une lecture commune avec ma partenaire de blog.
L'avis d'Anne Sophie se trouve ici => Cupcake Club T1


2 commentaires:

  1. ah oui le club sert tellement à rien que je l'ai totalement zappé dans ma chronique ! mdr

    RépondreSupprimer
  2. C'est ce qu'on appel une lecture commune remplie de déception pour les deux lecteurs. Du coup vous me donnez pas du tout envie de le lire.

    RépondreSupprimer