dimanche 16 mars 2014

De la rage dans mon cartable de Noémya Grohan

160 pages
15 janvier 2014
Hachette Romans


Quand une expérience de vie traumatisante se transforme en devoir de témoigner et de s'engager. Chaque année en France, un enfant sur dix est victime de harcèlement au collège (chiffres officiels site Agir contre le harcèlement à l’École). Durant ses années de collège, Noémya a subi tout ce qui fait le quotidien des élèves harcelés : les brimades régulières, l’isolement systématique, le poids de la honte, les reproches faits à soi-même de ne pas avoir su réagir aux attaques, l’indifférence du monde enseignant, la perte progressive de confiance, la tentation de tout casser et, combien de fois ! l’envie d’en finir avec cette vie de souffrance. Mais, à côté de la rage qu’elle avait dissimulée « au fond de son cartable », Noémya cachait d'autres ressources qu’aucun harceleur n’était en mesure de détruire : son envie d'agir et son talent littéraire.


Je voulais absolument lire ce livre car je porte beaucoup d’importance aux maltraitances, au harcèlement scolaire. La cruauté des enfants n’a pas toujours des limites, et nous sommes nombreux à en avoir subi les frais quand nous étions enfants ou adolescents, même à différentes échelles. Quand je lis des témoignages comme celui de Noémya, je me dis que j’ai eu beaucoup de chance que cela n’ait pas duré autant d’années, car la souffrance intérieure est tellement destructrice, peu importe le temps subi.

Noémya a su se relever, devenir forte, plus forte que beaucoup d’autres. Elle s’en sort aujourd’hui avec de vrais projets, et continue à être porte-parole de cette cause vitale pour nos enfants.

Concernant le livre en lui-même, il est très bien construit, très intéressant, et devrait être mis entre les mains de tous les parents, les personnes du corps enseignant… Je pensais toutefois que l’auteure insisterait encore plus sur ces années de douleur.  Il y a la moitié du livre qui en parle, et l’autre moitié qui raconte ses années après le harcèlement, des recherches sur ces harceleuses, ses tentatives d’études, ses rencontres professionnelles, ses tournages pour des émissions…

Autrefois enfants, aujourd’hui parents, nous devons faire très attention à cet environnement malsain qui se crée dès le plus jeune âge. Moi-même ayant subi de diverses façons, mais sans harcèlement poussé, je me dois de surveiller le comportement de mes enfants, qu’ils soient dominateurs ou dominés. Ces années sont tellement précieuses pour leur développement…

Merci aux Editions Hachette de m’avoir permis de découvrir ce témoignage. Je souhaite à Noémya Grohan réussite dans tout ce qu’elle souhaite entreprendre, en espérant qu’elle se sentira totalement reconstruite à l’intérieur un jour…



1 commentaire:

  1. Je suis contente de voir que tu as passé un bon moment de lecture :)

    RépondreSupprimer